Mobilité du web français : peut mieux faire !


Avec leur pénétration très rapide du marché informatique, les smartphones et les tablettes changent la donne d’internet. D’une part, c’est la technologie qui connaît la plus forte progression que l’on ai jamais vu, et d’autre part, elle change les comportements des utilisateurs. Ceux-ci connaissent déjà internet, son usage et ses avantages, et le concept de mobilité, c’est de l’avoir tout le temps, immédiatement quand on en a besoin et n’importe où. L’accès aux ressources d’internet peut alors se faire alors de deux façon : soit directement par un navigateur, soit par une application. Mais les études ont montrées que si on offre les mêmes fonctions avec une ergonomie similaire, plus des ⅔ des utilisateurs préfèrent la version web mobile à la version appli mobile. Pourquoi ? Tous simplement, car il n’y a, justement, pas d’appli à installer. Et avec la qualité des navigateurs internet mobiles modernes et la technologie HTML5, plus rien n’est impossible.

J’ai voulu faire un état des lieux des efforts de l’internet français pour améliorer l'usage mobile. Parmi les douze sites les plus consultés (visiteurs uniques) en France, je n’ai retenu que les cinq purement français, éliminant du coup : 1e Google, 2e MSN/Windows Live, 3e Facebook, 4e Microsoft, 6e YouTube, 7e Wikipedia et 9e Yahoo!
Pour ce test, je n’ai qu’une seule exigence, mais de taille : je m’attends à avoir directement les mêmes fonctionnalités adaptées au format du client sans étapes supplémentaires, en tapant la même url sur le PC et le mobile. Les captures PC ont été réalisées sur Chrome stable sous Windows7 en 1680x1050, résolution moyenne actuelle. Les captures mobiles ont été faite sur Chrome for Android beta sur Nexus S sous ICS.

Orange.fr (5e site fr) 0/5
Le portail de l’opérateur historique est, de base, une catastrophe : surchargé, sans grille de lecture, un fouillis incompréhensible mêlant fonctions, navigation, publicités, infos personnelles et infos générales ! Et quand on passe sur mobile, c’est … la même chose. C’est absolument pas utilisable, on part tout de suite. Et de ce fait, c’est totalement indigne de la position de leader du marché qu’est Orange.

Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle

Free (8e site fr) 0/5
Bien que le site du trublion du web Français soit bien plus clair, ergonomique et agréable que celui d’Orange, il récolte tout comme ce dernier d’un zéro pointé sur le critère de mobilité. En effet, sur un client mobile, on obtient … exactement la même chose. Ainsi les caractères, trop petits, sont illisibles et la navigation impossible. Du tout, bye-bye tout de suite.

Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle

PagesJaunes (10e site fr) 4/5 
Les fameuses Pages Jaunes, le bottin, a bien du mal à survivre entre la concurrence et Google. Malgré cela, ou peut-être à cause de cela, c’est le site français qui obtient le meilleur score. Bien que son ergonomie soit assez lourde et un peu vieillissante, ce site, sur le PC, offre un ressenti globalement assez agréable. Demandé sur un smartphone, il offre les même fonctionnalités, directement adaptés à la taille et aux possibilités de l’appareil (demande d’autorisation d’utilisation du GPS), c’est parfait. Alors, pourquoi ce point en moins ? A cause de l’application mobile équivalente … qui est beaucoup trop mise en avant : popup à l’entrée du site et rappel en haut de la page d’accueil. Un bel effort, donc, mais poussé un peu trop loin.

Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle

SFR (11e site fr) 2/5
Le deuxième opérateur mobile français m’obtient pas une très bonne note, due à mes critères draconiens, mais se voit attribuer un bonus pour la qualité générale. En effet, le portail vu sur PC est très agréable et quand on le demande sur un appareil mobile, on obtient la même chose … avec, en plus, un “ gros ” lien bien clair pour accéder à la version mobile optimisée pour le client, Android en l'occurrence. C’est clair, propre, ça donne envie. Alors un click du pousse et moins d’une seconde plus tard, on se retrouve sur un site mobile magnifique, très clair, mais également très différent de l’ergonomie du site “ normal ”. Le positif est que ce soit clair et rapide, le négatif, que ce ne soit pas direct et “ pareil ”.

Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle

Leboncoin.fr (12e site fr) 1.5/5
C’est pourtant le premier site de petites annonces en France, mais son design est lamentable et son ergonomie rudimentaire. Alors il y a bien une version mobile, mais elle est tout aussi déprimante. Mais surtout il faut transiter par deux pages avant de pouvoir commencer à interagir. L’expérience n’est vraiment pas bonne et même si le site fonctionne, quel contraste avec les autres sites. En tout cas, cela n'incite pas à la confiance et ressemble même quelque peu à un mépris de l’utilisateur.

Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle

Conclusion
C’est comme si la France n’arrivais pas à dépasser le succès du minitel ni le flop du bi-bop. L’état du web français n’a jamais été très brillant : les institutions sont absentes ou inutilisables, les grandes entreprises ont toujours 2 ou 3 trains de retard quand elles ne montent pas de grands projets inutiles, les PME sont absentes ou se font arnaquer. Et c’est sans parler de l’accessibilité qui est toujours oubliée. Il y a bien deux types d’exceptions : des sites très bien faits par des développeurs mais sans aucun design ou des start-ups innovantes qui s’enfuient très vite à l’étranger. Alors, maintenant que la révolution du mobile est là, nous sommes loin d’être aux avant-postes. Et ça risque pas de s’améliorer avec ACTA et les attaques constantes des politiques envers ce “ satanique internet ”.
Et pourtant, l’internet mobile qui s’adapte à nous et non le contraire, c’est la promesse du réseau idéal que tous les fous de science-fiction, comme moi, ont rêvé. D'ailleurs le grand public ne nous donne pas tord.

Posts les plus consultés de ce blog

Révélez la puissance des Google Spreadsheets

Le profil Google+ (1/6) La différence entre le profil Google+ et le compte Google

Suivre des conversions hors achats