F comme Fichier

Un fichier informatique est au sens commun, une collection d'informations numériques réunies sous un même nom, enregistrées sur un support de stockage permanent [...] et manipulées comme une unité. Source Wikipedia


Tout est dit. Encore faut il arriver à combiner toutes ces notions très abstraites en un objet que l’on manipule tous les jours en toute compréhension.
C’est l’une des notions de base de l’informatique et historiquement, les fichiers sont associés à des pictogrammes qui correspondent aux types de ceux-ci. Cela permet de symboliser l’aspect unitaire dans un espace de stockage ; et avec un nom, chaque fichier obtient une identité.

Le type du fichier est la notion plus difficile à appréhender. Au plus simple, on reconnaît les pictos que le système d’exploitation attribue automatiquement à chaque type. De nombreuses applications peuvent aussi parcourir vos espaces de stockages et vous proposer vos fichiers tout triés. Ceux qui ont un peu plus de connaissances savent repérer les types de fichiers à ce que l’on appelle leur extension : les quelques caractères qui suivent le point dans leur nom complet. Quelques uns savent même que chaque type de fichier correspond en fait à un ou plusieurs modes de codage de l’information que contient le dit fichier.
En effet, le terme “collection d'informations numérique” est très vague, à souhait, car la définition doit englober tous les cas de figure. Dans la pratique, depuis plus de 60 ans, dès avant les moindres réalisations techniques, les concepteurs de systèmes informatiques doivent avant tout s'accorder sur la représentation numérique des informations à traiter, donc sur leur codage (en binaire).

La force du digital, c'est que l'on est toujours arrivé à coder toutes les notions concrètes ou abstraites qui l’on voulait. Le principe, c'est de découper ça en petits bouts. Ainsi un texte est pris caractère par caractère et chacun est codé suivant un code alpha-numérique ; un son est découpé en toutes petites fractions de temps qui sont toutes codées simplement les unes après les autres ; et les images, elles, sont découpées en pixels.
Pour que tout cela tienne en place, il faut, en plus, quelques règles de structuration au dessus de tous ces codes, comme la définition des entêtes (début du fichier). Celles-ci se sont, au fil du temps, transformées en normes afin que le même fichier puisse être traité par des programmes d'origines diverses.

Alors, connaître les types de ses fichiers est une bonne chose, mais l'essentiel pour l'utilisateur lambda est d'utiliser le bon outil pour les données qu'il veut traiter : ne pas prendre Excel pour faire du traitement de texte, par exemple. Il est également très important de bien nommer ses fichiers, de sorte que son nom reflète précisément son contenu, et de le ranger de façon logique pour le retrouver facilement ensuite.
Il est vrai que ces deux dernières actions sont de moins en moins nécessaire avec les facultés d'analyse et de recherche des outils comme Google Drive qui savent analyser le contenu des fichiers, même les images, afin de vous permettre de retrouver tout ce que vous cherchez.

Posts les plus consultés de ce blog

Révélez la puissance des Google Spreadsheets

Le profil Google+ (1/6) La différence entre le profil Google+ et le compte Google

Présentation de Google Data Studio