N comme Navigateur

“ Un navigateur web est un logiciel conçu pour consulter et afficher le World Wide Web. ” (Source : wikipedia)


C’est donc une application qu’il a fallu créé en même temps que l’on concevait le Web, en 1990. Dès le départ, c’est l’outil le plus puissant pour interagir sur Internet, car, en plus de maîtriser le protocole HTTP (langage de base pour échanger des données entre les serveurs et les “clients”), il peut en gérer d’autres comme HTTPS et FTP. Grâce à cela, il peut obtenir les ressources (fichiers HTML, images, CSS, Script et autres) nécessaires pour afficher une page Web.

Un concept de 25 ans a forcement une histoire, avec plusieurs noms qui l’on marquée, comme Netscape, Internet Explorer ou maintenant Chrome. Malgré la constitution d’organisme de normalisation, comme le W3C, depuis qu’Internet a pris son essor dans le grand public, la concurrence est féroce. Et pourtant, la coopération est indispensable ; ainsi, les navigateurs ont longtemps accueilli des extensions (plugins), des logiciels greffés à l’application principale pour lui fournir des fonctions supplémentaires, tels que Java, ActiveX ou Flash, en autres.
Pour découvrir et bien visualiser toutes ces technologies (jusqu’en 2012), sur la page “ L’évolution du Web ”.

Aujourd’hui le Web a bien changé, avec quelques tendances lourdes :

  • Le Web est mobile.
  • Avec les évolutions du HTML et des capacités conjointes des machines et des navigateurs, ceux-ci n’ont plus besoin de plugins.
  • Les applications se servent de plus en plus des normes et des “moteurs de rendu” des navigateurs.
  • Les sites applicatifs (WebApp) sont de plus en plus puissants et présents. Les réseaux sociaux (version web) en sont un parfait exemple.


Dans la pratique, il n’y a que trois façons d’accéder à une page Web. Les deux premières sont assez sures : taper une url dans la barre d’adresse ou retourner sur une page déjà visitée grâce aux favoris. Le troisième moyen, bien plus dangereux, est aussi la plus pratiqué : le clic sur un lien. Bien sur, c’est la méthode normale pour passer d’une page à l’autre. Mais on en trouve aussi dans les emails. Néanmoins, il est recommandé de toujours évaluer la légitimité et la sincérité de tous les liens sur lesquels nous sommes susceptibles de cliquer ou de tapoter, ainsi que d’utiliser des outils sécurisés.

Posts les plus consultés de ce blog

Révélez la puissance des Google Spreadsheets

Le profil Google+ (1/6) La différence entre le profil Google+ et le compte Google

Présentation de Google Data Studio