Echapper à Microsoft Episode 1 - L’excuse : mon vieux PC me lâche


Et pourtant j’y ai cru à ce concept de l’ordinateur comme centre de commande de tout mon univers numérique. Il y a dix ans, j’ai commandé un PC modulaire 100% custom, c’est à dire où j’ai choisi tous les composants dans l’optique de les mettre à jour et de les intégrer avec mon installation existante. Avec un budget en conséquence, j’ai choisi le top de l’époque avec l’un des premier CPU multi-core, le Core™2 Duo E8400 (voir fiche), une carte mère avec toutes les options (Asus P5Q deluxe) et une GTX260 OC ; le tout dans un gros boitier avec de nombreuses options en face avant : son, usb, sd et contrôle température et ventilateurs, et même un ventilo lumineux, les début du RGB. J’y ai transféré le disque dur de mon ancien PC et je pouvais alors y connecter mes divers périphériques.
Facture de mon ancien PC

Pour l’écran, j’ai encore pris le top, un Samsung de 30 pouces en WQXGA (2560 par 1600 pixels). A l’époque, les affichages en double écran commençait à apparaître pour les pros, mais je préférais avoir beaucoup de pixels dans un seul grand écran, en avance de dix ans sur les écrans ultra larges qui apparaissent en ce moment. Bien sûr ce superbe écran me servait pour tout : l’informatique et les jeux vidéo, mais aussi les films avec un lecteur blu ray et la télé avec un tuner usb. Vous comprendrez alors pourquoi je n’ai jamais eu de poste de télévision, et que je suis encore réticent aujourd’hui à en acquérir un. Il faut noter que ce moniteur m’a lâché il y a trois ans et que je l’ai remplacer par son petit frère en 27 pouces, même résolution.

Fin 2009, à peine un peu plus d’un an après l’achat du PC, j’ajoutais à l’ensemble Windows 7, dés sa sortie, sur un disque dur Intel® SSD X25-M de 160Go (voir fiche), une sacrée innovation à ce moment là et mon PC était l’un des plus rapide et capable de tout. Avec un système 5.1 performant pour le son, je m’en servais en plus des activités déjà évoquées, pour faire de la production, mixage et mastering de musique avec pas mal de logiciels et matériels exotiques. C’est pour cette raison que faute de drivers 64 bits, j’ai du installer Windows 7 en 32 bits, et n’ai donc jamais profité de tout la puissance de l’architecture de mon PC. Malgré celà, il m’a servi parfaitement pendant de nombreuses années de création, de loisir et de travail. Ce n’est qu’il y a trois ans à peine qu’il ne pouvait plus faire tourner les dernier jeux vidéos, bien que j’eu changé la carte vidéo plusieurs fois et que j’ai du passer à la PS4.
Le bureau Windows7 par défaut

Alors, qu’est-ce qui a déclenché aujourd’hui ma décision d’acheter une nouvelle machine ? C’est quelque chose que les utilisateurs connaissent bien et que les informaticiens ont du mal à entendre : la perte de confiance. Tout d’abord, la carte mère de ce PC n’a jamais très bien gérer l’USB ; elle ne boote pas si il y a trop de hubs de branché et dernièrement des périphériques n’ont plus été reconnus. Mais le plus grave n’est pas là, le disque dur, un SSD des premières générations, a énormément “tourné” (voir capture) et son score S.M.A.R.T. sans être catastrophique, n’est vraiment pas bon. Cela se ressent dans l’utilisation courante par de nombreux ralentissements.
De plus, ça faisait quelques temps que je ne mettais plus à jour ni Windows ni les pilotes vidéos. Je n’ai pas voulu passer sous Windows 8 car j’ai plein de drivers et de softwares spécialisés pour le son et la création musicale qui ne l’auraient pas supporté. De plus, même si c’est un machine sous Windows, elle n’a jamais fait tourner ni Words ni Excel ; mais j’ai dû installer de multiple versions des librairies C++, .net ou vb pour les autres applications.
Rapport S.M.A.R.T. de mon SSD

Bref, j’avais déjà déplacé mes loisirs (jeux et vidéos) sur la PS4 et une bonne partie de mon activité informatique dans le Cloud et j’avais adopté les pratiques modernes d’accès à l’information mobile avec une tablette et des smartphones Android, ainsi qu’un Chromebook. Mon besoin en informatique lourde en était d’autant plus réduit et ma transition plus simple.
Nous verrons cela au prochain épisode.

Posts les plus consultés de ce blog

Révélez la puissance des Google Spreadsheets

Le profil Google+ (1/6) La différence entre le profil Google+ et le compte Google

Présentation de Google Data Studio