Echapper à Microsoft Episode 2 - La transition et le choix


Comme nous l’avons vu dans l’épisode précédent, je dois remplacer mon vieil ordinateur qui me sert depuis dix ans pour toute mes activité numérique. Mais je suis loin d’être pris de court : j’ai déjà transféré mes loisirs (jeux et audiovisuel) sur une console PS4 depuis plus d’un an et demi, et j’en suis très satisfait. De plus, il y quelques semaines, j’ai fait un schéma pour étudier l’abandon total du PC pour une informatique 100% Cloud.
Et cela montre qu’une rupture aussi brutale m’obligerait à renoncer à certaines activités tout en ayant à investir dans du nouveau matériel, sans compter le temps de réorganisation de mes données.

Parmi ces données personnelles gérées par mon PC, un petit paquet m’a convaincu de ne pas faire le grand saut : mes archives d’emails qui remontent jusqu’à 1999, des milliers de messages classés dans des dizaines de dossiers avec les règles qu’il faut. En effet, comme tout vieux loup du web, j’ai plus d’un compte mail. Et en particulier, j’utilise depuis presque toujours mon nom de domaine “tchoa.com” comme piège à spam et grâce à ThunderBird, j’en évite des centaines tous les mois.

A partir de là je savais qu’il me fallait un nouveau PC, mais pas le type. Ce que je savais, c’est que je ne voulais en aucun cas ni d’Apple ni de Microsoft. De culture plutôt Open Source, je ne souffre pas les écosystèmes fermés, ce qui exclut le premier. Quant au second, j’ai assez donné pour des promesses toujours déçues. De plus, je considère que ces deux entreprises ne sont plus réellement dans l’informatique mais dans le loisir, l’un avec des mobiles à 1 000 euros pour jouer à CandyCrush et l’autre avec ses Xbox. Ainsi, mes seules alternatives non Cloud restaient les distributions Linux.
J’ai envisagé de prendre un portable, mais l’offre de configurations installées en Linux est extrêmement pauvre, et en plus j’ai déjà un Chromebook. Mais, lors de mes recherches, j’ai pu voir les configurations desktop proposées. J’ai contacté un assembleur pour une configuration spécifique, mais vu le manque flagrant d’enthousiasme de la réponse, j’ai décidé de faire moi-même l’assemblage et l’installation du système.
Ayant eu beaucoup de soucis en essayant d’installer Linux sur un Eeepc pour des raisons de matériel incompatible il y quelques années, j’ai décidé de copier les configurations proposées en ligne et d’utiliser une base matérielle reconnue pour cet usage, un NUC. Cette solution m’apporte beaucoup d’avantage : coût très réduit, diminution notable du volume, du bruit et de la consommation électrique (PDT : 15W) et surtout je peux continuer à utiliser mes périphériques actuels : clavier, souris, imprimante, scanner et mon super écran 2K 27”.

J’ai donc commandé mon NUC, sa mémoire et son SSD, et en attendant, j’ai regroupé et nettoyé (un peu) toutes mes données stockées sur mon vieux PC pour les copier soit sur mon NAS d’archivage, soit sur des cartes SD pour le transfert.
Nous verrons comment cela c’est passé au prochain épisode.


Posts les plus consultés de ce blog

Révélez la puissance des Google Spreadsheets

Le profil Google+ (1/6) La différence entre le profil Google+ et le compte Google

Echapper à Microsoft Episode 3 - Monter un PC, y installer Linux ; mes erreurs de non débutant